Jeunes Socialistes de l'Aude

Jeunes Socialistes de l'Aude


Rise Up Bruxelles

Publié par Les Jeunes Socialistes dans l'Aude sur 20 Décembre 2012, 08:09am

Catégories : #Dossiers

Les 15 et 16 décembre, les Jeunes Socialistes de l'Aude étaient à Bruxelles pour participer au rassemblement "Rise Up". De nombreux ateliers étaient proposés, ils traitaient tous de la volonté commune de: mobiliser pour une Europe alternative, de l’emploi, de la démocratie et de l’écologie.

Vous trouverez ci-dessous, un compte-rendu de l'atelier sur l'atelier "Réduire le temps travail pour créer de l’emploi"


 

download.jpg

 

 

 

Lors de notre week-end Bruxellois pour la campagne européenne Ries Up, différents ateliers nous étaient proposés dont un sur la réduction du temps de travail hebdomadaire en Europe.

 

            Tout d’abord, il faut analyser la situation, analyser la proposition. Nombreux sont ceux qui s’inquiètent lorsqu’on leur parle de réduction de temps de travail. Est-ce faire autant en moins de temps ? Est-ce juste un moyen de moins travailler ? Quels sont les intérêts ? Logistiquement, administrativement cela est-il possible ? Les salariés sont intéressés mais quelle est la position des patrons ? Bref, les craintes et les questions sont multiples et si nous voulons convaincre, il nous faut tout d’abord rassurer.

 

            Commençons par faire un constat européen du travail et de la réglementation des heures de travail. Aujourd’hui, le temps maximal hebdomadaire dans l’Union Européenne est de 48 heures par semaines. Malgré cela, il n’existe aucun SMIC au sein de l’UE.

Par ailleurs depuis le Seconde Guerre mondiale, le temps de travail hebdomadaire ne fait que baisser. En premier, les salariés se sont battus pour avoir un temps légal du travail. Ensuite, sont venus en France les 48 heures, puis sont arrivées les 35 heures en 2000 avec Martine Aubry sous le gouvernement Jospin. Mais une chose n’a pas changé, les arguments de l'opposition, qui elle-même n’a pas changé.

 

Pour donner quelques exemples plus précis, le temps légal en France est de 35 heures alors qu’il est de 38 heures en Belgique. L’Allemagne présente une politique différente, nous nous y pencheront ensuite. Qui dit travail, dit chômage. Alors que la France comporte plus de 5 millions de chômeurs, soit plus de 10% de sa population active, d’autres pays en Europe présentent des taux plus bas. Prenons les Pays-Bas avec en 2008 3,5% de chômage, rentrons dans leur système et regardons-le. Aux Pays-Bas certes le nombre de chômeurs frôlait le sol mais 47% des personnes travaillent en temps partiel et dans un cas comme celui-ci, descendre son nombre de chômeurs devient très simple.

 

En Allemagne, le système se présente en temps de crise depuis 2008 sous les «Kurtz-zeit»( les «courts-temps») qui est un principe permettant de faire baisser le chômage en réduisant le temps de travail au sein de l’entreprise, au lieu de mettre 3 personnes à temps plein et une à mi-temps, l’entreprise préfère et fait le choix de répartir équitablement le travail tout en profitant d’une aide du gouvernement.

 

            Nous, nous pensons que réduire le temps de travail est un bienfait pour l’emploi et c’est pour cela que nous portons une proposition: Pour toute entreprise baissant son temps de travail de 10% et embauchant 10% de salariés supplémentaire, une baisse de 9% de ses charges sera appliquée. Une proposition simple donc, permettant de créer de l’embauche sans coût supplémentaire.

Prenons un exemple simple, une entreprise employant 100 salariés, baisse son temps de travail de 10% donc cela équivaut à 90 salariés et embauche 10% de nouveaux salariés afin de combler le manque d’heures de travail, verras son coût hebdomadaire, qui est 110% comparé à celui de départ, redevenir le même puisque sera appliquée une réduction de 9% des charges.

 

            Mais insistons sur quelques points, non, comme nous le voyons, diminuer le temps de travail ne présente pas un coût supplémentaire. Non, diminuer le temps travail ne consiste pas à ne rien faire. Le temps qui n’est plus consacrée à la vie professionnel sera consacré à des tâches domestiques ou pour ceux qui le peuvent à la consommation et donc à faire tourner les entreprises. Non, baisser de 10% le temps de travail ce n’est pas non plus faire ce que l’on faisait en moins de temps, l’obligation de réembaucher permet cela.

Et j’en finirais par deux points, non, cela n’est pas néfaste aux entreprises, cela relancera la consommation mais oui, des efforts logistiques ou administratifs devront être fait. Et non, nous ne sommes pas les seuls à vouloir cela, Balladur, l’ancien président d’Axa, d’anciens commissaires à la commission européenne, l’ancien président UMP de l’assemblée nationale en ont également parler.

           

            De plus, notre proposition ne s’arrête pas ici, nous souhaitons approfondir les choses en allant vers la semaine de 4 jours, chose nouvelle et ancienne, comme l’est la proposition de diminution du temps de travail car la semaine de 4 jours certaines entreprise l’appliquent déjà, notamment Fleury Michon ou bien Mami-Nova.

 

Faisons donc avancer les droits des travailleurs européens, relançons le travail en Europe, diminuons le chômage efficacement. Montrons donc que nos propositions se tiennent.

 

Piou-Piou 

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents